«

»

Difficultés de l’entretien de recrutement

======================================================= Formation Algérie : L’École MEDAV vous offre des formations professionnelles à Distance en Algérie et partout dans le monde entier, pour vous permettre d'étudier à votre rythme et où vous le souhaitez afin de progresser plus rapidement dans des conditions optimales. Télécharger l'Offre de Formation à distance de l'Ecole MEDAV ==================================================================

Quelle que soit le type d’entretien pratiqué, la relation existante est avant tout une relation de communication individuelle. Il va donc de soi que les difficultés rencontrées au cours d’un entretien de recrutement soient celles de toute communication.

On a pu détecter dans les échanges entre personnes 8 barrières principales émanant de l’émetteur, du récepteur ou de la situation elle-même :

1 – Les difficultés à l’émission :

1. de l’idéation (idée à conceptualiser selon son cadre de référence) ;

2. de l’expression ;

3. du codage ;

4. de l’étude d’esprit et des attitudes de l’émetteur ;

5. de barrières physiques telles que environnement matériel (choix du lieu, du moment, des moyens de communication, etc.).

2 – Les difficultés à la réception :

6. du décodage ;

7. de l’audition et de l’écoute ;

8. de l’état d’esprit et des attitudes du récepteur.

Tout processus de communication est complexe. On peut l’analyser à partir d’une dizaine d’éléments selon que l’on considère :

1) Le message :

La situation d’entretien est un aller et retour constant ; l’émetteur devient récepteur, le récepteur devient émetteur ; la difficulté réside dans le fait que chaque «émetteur-récepteur» possède son propre système de «codage» et de «décodage», sa propre «programmation».

Les échanges seront d’autant plus fructueux et le dialogue facilité que les registres utilisés seront de même niveau et le langage employé commun aux deux interlocu­teurs.

2) Les effets réciproques :

Deux individus en présence ne font qu’échanger des concepts ; ils ont également un contact affectif, c’est-à-dire éprouvent l’un pour l’autre des sentiments de sympathie ou d’antipathie, voire d’indifférence. Des relations diverses peuvent s’établir entre A et B selon la nature des échanges, les positions hiérarchiques, le but des échanges et le type de personnalité du tiers.

Le résultat de ces relations se manifeste par des attitudes du type positif (de rapprochement), ou négatif (d’éloignement), d’où :

– sur le plan instinctif: des réactions d’adhésion ou d’opposition;

– sur le plan sentimental: des réactions de sympathie ou d’antipathie ;

– sur le plan intellectuel: des réactions de perméabilité ou d’imperméabilité.

Dans cette optique, l’individu en situation d’entretien peut être considéré comme un miroir, reflétant des réponses qui peuvent être conformes aux stimulés qu’il reçoit ou nettement différentes suivant que le message a été ou non l’objet de distorsions plus ou moins importantes.

3) Les personnes :

  • Les facteurs socioculturels : sont liés au milieu des interlocuteurs, à leur éducation, à leur formation et à l’environnement dans lequel ils vivent. C’est l’histoire personnelle de chacun, focalisée à un moment donné du temps, qui peut expliquer la réaction instinctive, immédiate vis-à-vis de l’autre ; réaction inconsciente, très «chargée» affectivement, qui pèse souvent très lourd dans l’appréciation finale.

Il ne faut pas nier l’importance réelle de cette réaction et sa signification profonde dans la communication. Ainsi, une personne qui engage son collaborateur direct doit, bien sûr, tenir compte de cette sympathie ou antipathie qui conditionne pour une grande part le succès de l’intégration. Par contre, l’interviewer doit constamment mesurer l’importance de cette impression globale immédiate et faire par conséquent un effort d’analyse.

La rigidité de l’interviewer se manifeste souvent à ce niveau du système de référence. Le danger est d’orienter ainsi le déroulement de l’interview et de n’accorder d’intérêt qu’à ce qui vient confirmer cette première impression.

Contrairement à ce qu’affirme le dicton populaire : « la première impression est la meilleure », on peut dire que la première impression est souvent la source d’à priori difficile à corriger.

  • Les facteurs psychologiques : sont liés à la personnalité des interlocuteurs. Ils com­prennent leur perception, leurs attitudes et leurs motivations. Là encore, c’est une question de souplesse d’intelligence et de comportement. Chacun de nous a tendance à construire ce qu’il perçoit à partir de structures mentales préétablies, il faut faire en réalité un effort de déstructuration. Il faut admettre, au préalable, que l’idée que l’on se fait de l’administratif type, du vendeur-type est fausse si nous raisonnons par rapport à notre modèle de pensée et à ce que nous sommes.
  • Les facteurs comportementaux : sont liés aux facteurs précédents; c’est l’expression verbale et non verbale des interlocuteurs.

Le type de questions dominant que l’interviewer utilise révèle chez lui un certain nombre d’attitudes qui induisent les comportements de l’interviewé. Il en est de même de son intonation, de son regard, de ses mimiques.

Toutes ces variables non maîtrisées peuvent être source d’incompréhension réci­proque.

Les erreurs d’interprétation et de précision tiennent surtout à la personnalité des interlocuteurs en présence. En particulier, on devra considérer les différents facteurs qui peuvent engendrer des blocages : perceptifs, culturels, ou émotionnels.

a) Facteurs de blocage à une communication efficace :

a.1) Blocages perceptifs ;

. Présentation prématurée de pseudo solutions à des problèmes qui n’ont pas encore été définis

. Difficultés à différencier entre les faits et le problème ;

. Etroitesse excessive du point de vue exprimé ;

. Incapacité à s’interroger au-delà de l’évidence ;

. Incapacité à distinguer entre la cause et l’effet ;

. Difficulté à déstructurer un problème en éléments assimilables ;

. Difficulté à définir la situation réelle ;

. Difficultés à percevoir des relations inhabituelles entre les idées et les objets.

a.2) Blocages culturels ;

. Une mise en avant exclusive des facteurs pratiques et économiques ;

. Une trop grande foi dans la logique de ce qu’on appelle la raison ;

. Une faible capacité à transformer et à modifier ses idées ;

. Une trop grande foi dans l’expérience du passé ;

. Désir de se conformer à des modèles sociaux ;

. Une tendance au tout ou rien ;

. Utilisation du « non » automatique face à des idées différentes des siennes ;

. Sentiments que le doute systématique peut être socialement inconvenant.

a.3) Blocages émotionnels ;

. Manque de disponibilité à l’autre ;

. Dépendance excessive vis-à-vis de l’opinion ;

. Désir presque pathologique pour l’apparente sécurité du connu et de l’évident ;

. Crainte et méfiance vis-à-vis de l’interlocuteur ;

. Crainte de commettre une erreur d’interprétation ou de compréhension ;

. Arrêt prématuré sur la première idée qui apparaît ;

. Peur du risque d’être un pionnier, ou de passer pour un farfelu ;

. Mauvaise capacité à défendre ses idées ;

. Difficulté à changer de modèle de pensée ;

. Manque de ressort pour poursuivre le processus d’intégration des idées de l’autre.

 

pdf formation Difficultés de l’entretien de recrutement


===============================================================
Cliquez ici >> pour accéder aux offres de formation de l’École MEDAV

Formation Commerce International
Lire la suite...
,

Formation Communication des Entreprises
Lire la suite...
,

Formation Éducatrice de la Première Enfance
Lire la suite...
,

Formation Gestion des Ressources Humaines
Lire la suite...
,

Formation Psychologie Appliquée
Lire la suite...
,

Formation Rédaction et Conception Publicitaire
Lire la suite...
,

Formation Déclarant en Douanes - Transit
Lire la suite ...
,

Formation Droit des Affaires
Lire la suite ...
,

Formation Gestion des Stocks Lire la suite ...,
Formation Webmaster
Lire la suite ...,

Formation Maintenance informatique
Lire la suite ...,

=========================================================
     Share
coordonnees