«

»

ÉTUDE ÉTHOLOGIQUE DE L’APPRENTISSAGE

======================================================= Formation Algérie : L’École MEDAV vous offre des formations professionnelles à Distance en Algérie et partout dans le monde entier, pour vous permettre d'étudier à votre rythme et où vous le souhaitez afin de progresser plus rapidement dans des conditions optimales. Télécharger l'Offre de Formation à distance de l'Ecole MEDAV ==================================================================

Deux aspects de l’apprentissage ont particulièrement mobilisé les chercheurs en psychologie animale et en éthologie : les contraintes exercées par l’organisme lui-même et le milieu de vie sur les compétences d’apprentissage dans tel ou tel groupe zoologique ; les relations entre apprentissage et niveau phylogénétique.

Les contraintes
La notion de contraintes canalisant les possibilités d’apprendre est apparue relativement récemment, en réaction aux vues de I. Pavlov et de J. B. Watson, selon lesquelles un sujet pouvait apprendre la relation, quelle qu’elle fût, entre des événements arbitrairement conjoints dans une situation expérimentale de conditionnement.

Certaines de ces limitations sont triviales, car liées aux capacités fonctionnelles de l’organisme étudié (l’aversion alimentaire ne peut être acquise sur la base d’un signal coloré chez le Rat ; ni d’un signal gustatif chez la Caille ; et ce, en raison d’un développement très médiocre des systèmes sensoriels correspondants dans les espèces considérées).

Mais d’autres contraintes sont beaucoup plus intéressantes, car rattachables au mode de vie de l’Animal, dans des situations où nul déficit sensoriel ne peut être invoqué.

Ainsi, chez l’Abeille, la fonction olfactive permet la détection et la discrimination de substances odorantes non répulsives, mais sans rapport avec son régime alimentaire et ses activités de récolte (acide butyrique et ses dérivés).

Lors de l’appren l’apprentissage d’une association entre de telles odeurs et l’accès à une source de provende (sirop de sucre), le développement de la performance est lent et relativement limité.

En revanche, si le signal pertinent est une odeur de fleur, un seul essai d’entraînement suffit à l’atteinte d’un niveau de performance quasi maximal.

Or, cette différence n’est pas liée à l’expérience antérieure de l’Abeille : le même privilège des odeurs florales se retrouve, en effet, chez des butineuses dont tout le développement s’est effectué en ruche artificielle, en l’absence d’odeurs de fleurs et de contacts avec des congénères susceptibles de régurgiter un nectar odorant et de les en nourrir.

L’intérêt immédiat pour les odeurs de fleurs et le statut privilégié de tels signaux, en situation d’apprentissage associatif, expriment donc une potentialité génétique spécifique.

Apprentissage et niveau phylogénétique On a longtemps considéré les Animaux « inférieurs » comme dépourvus de toute capacité de s’adapter par apprentissage individuel. l’inverse, on tend à penser aujourd’hui que certaines formes de plasticité comportementale, mettant en jeu l’apprentissage, peuvent se rencontrer même chez des Unicellulaires.

En fait, l’investigation des capacités d’apprentissage chez un grand nombre d’Animaux, Invertébrés ou Vertébrés, montre que  dans un même embranchement du règne animal – le développement des fonctions de relation et des possibilités d’apprendre qu’elles sous-tendent est étroitement dépendant du mode de vie.

L’exemple le mieux connu est sans doute celui des Vers plats, ou Platodes.

Ce groupe zoologique comprend : des formes adaptées à la vie endoparasitaire (Trématodes, comme la Douve du foie ; Cestodes, comme le Ver solitaire [le Ténia]), très « perfectionnées » pour ce qui concerne leur métabolisme, leur reproduction et leur dissémination passive, mais dont les fonctions de relation ont régressé jusqu’à un minimum ; des formes libres, les Planaires, dotées d’un équipement sensoriel et d’un système nerveux encore primitifs mais leur permettant de développer des modalités efficaces d’apprentissage non associatif et associatif.

Des contrastes similaires se retrouvent à l’intérieur d’autres embranchements plus évolués, par exemple chez les Mollusques.

Suivant qu’il s’agit de formes fixées ou mobiles, les possibilités d’apprentissage semblent extrêmement contrastées : très limitées chez les Moules, elles seront extrêmement développées chez des prédateurs (Seiche, Poulpe).

pdf formation ÉTUDE ÉTHOLOGIQUE DE L’APPRENTISSAGE


===============================================================
Cliquez ici >> pour accéder aux offres de formation de l’École MEDAV

Formation Commerce International
Lire la suite...
,

Formation Communication des Entreprises
Lire la suite...
,

Formation Éducatrice de la Première Enfance
Lire la suite...
,

Formation Gestion des Ressources Humaines
Lire la suite...
,

Formation Psychologie Appliquée
Lire la suite...
,

Formation Rédaction et Conception Publicitaire
Lire la suite...
,

Formation Déclarant en Douanes - Transit
Lire la suite ...
,

Formation Droit des Affaires
Lire la suite ...
,

Formation Gestion des Stocks Lire la suite ...,
Formation Webmaster
Lire la suite ...,

Formation Maintenance informatique
Lire la suite ...,

=========================================================
     Share
coordonnees