«

»

Le préscolaire à l’heure de la réforme

======================================================= Formation Algérie : L’École MEDAV vous offre des formations professionnelles à Distance en Algérie et partout dans le monde entier, pour vous permettre d'étudier à votre rythme et où vous le souhaitez afin de progresser plus rapidement dans des conditions optimales. Télécharger l'Offre de Formation à distance de l'Ecole MEDAV ==================================================================

Un des constats universellement établi est que l’éducation préscolaire constitue un investissement incontournable pour le développement des enfants et pour leur avenir. La période de trois à six ans constitue une période décisive de leur éveil à l’environnement et à la culture. C’est une étape d’apprentissage rapide aux plans comportemental et relationnel.

Les institutions préscolaires ont incontestablement un rôle important pour les enfants qui les fréquentent, en leur offrant l’occasion de rencontrer d’autres enfants, d’interagir avec eux, par conséquent de s’enrichir de nouvelles expériences sociales et culturelles, les préparant. à l’école en particulier et à la vie en général.

Malgré la reconnaissance quasi systématique de son rôle décisif dans le développement global de l’enfant, le préscolaire a toujours été le parent pauvre du système éducatif national. En effet, en raison de certaines priorités conjoncturelles, très peu d’investissements ont été consentis dans ce domaine.

Contrairement à l’enseignement primaire, la promotion de l’éducation préscolaire, considérée comme facultative, n’a pas été réalisée à temps. Actuellement, nous assistons à une évolution spectaculaire du secteur: son réseau infrastructurel connaît une extension remarquable et le taux de préscolarisation est en nette progression.

L’institutionnalisation de l’éducation préscolaire, avec une organisation et un contenu spécifiques est d’abord le résultat historique d’une transformation des fonctions conférées à l’éducation de la petite enfance. De structure initialement de garde (ou garderie), elle est devenue un espace spécifique d’éducation et de socialisation de la petite enfance. On peut certainement se demander quelle est sa configuration sur le plan législatif, administratif, éducatif et pédagogique ?

1- Contexte et réglementation

Durant la période coloniale, il existait des structures Coraniques traditionnelles et des classes et/ou maternelles qui prenaient en charge les enfants en vue d’une préparation à la scolarité, mais au lendemain de l’indépendance, avec les perspectives de démocratisation de l’enseignement et compte tenu des moyens existants, la priorité a été accordée à la scolarisation obligatoire des enfants de 6 à 16 ans.

L’existence du préscolaire dans le secteur public date des années 1980. C’est l’ordonnance du 16 avril 1976 portant organisation du système éducatif qui lui a fixé des objectifs et des conditions de mise en place. Elle a également précisé qu’il s’agissait d’un enseignement préparatoire et de compensation, dispensé dans des structures spécifiques.

La récupération progressive des espaces éducatifs a amené le Ministère de l’Education Nationale au cours de l’année 1974-1975 à prendre en charge l’organisation pédagogique et le contrôle de l’enseignement préscolaire relevant du secteur public et privé. La décision a été ainsi prise d’intégrer l’enseignement préscolaire privé et de nationaliser tout le secteur privé chargé de l’éducation et de la formation.

Bien que non obligatoire, l’enseignement préparatoire est consacré par l’ordonnance comme niveau d’enseignement Dans son article 19, cet enseignement est dit être destiné aux enfants qui n’ont pas atteint l’âge scolaire obligatoire. Et si dans l’article 20, il est stipulé que cet enseignement est dispensé dans des jardins d’enfants, des écoles maternelles et des classes enfantines, l’article 21 reconnaît la faculté aux administrations et organismes publics, aux collectivités locales, entreprises socialistes, coopératives de la révolution agraire, comités de gestions, mutuelles organisations de masse, à l’exception de toute personne, association ou société privée, d’ouvrir un établissement d’enseignement préparatoire après autorisation du Ministère chargé de l’éducation.

L’article 22 précise que l’enseignement préparatoire est dispensé exclusivement en langue arabe et l’article 23 ajoute que le ministre chargé de l’éducation exerce la tutelle pédagogique sur les établissements d’enseignement préparatoire. Il détermine les conditions d’admission des élèves, les horaires, les programmes et les directives pédagogiques comme il assure la formation des éducateurs destinés à cet enseignement et propose le statut particulier de ces personnels.

2- Types d’établissements et objectifs

Nous parlons souvent de préscolaire « au singulier » mais en fait le terme générique recouvre une pluralité institutionnelle; autrement dit nous avons presque autant d’institutions que d’organismes de tutelle qui les secrètent. Cette forme plurielle tient compte de la diversité des situations locales, des intentions des décideurs, des idéologies qui orientent ces intentions et des moyens financiers disponibles.

La préscolarisation des enfants, relève d’un pluralisme institutionnel à l’origine de dénominations diverses : classes enfantines ou classes préparatoires pour les structures relevant du ministère de l’éducation nationale, jardins d’enfants pour les entreprises et les collectivités locales, écoles ou classes maternelles pour le secteur privé, kuttabs et classes ou écoles coraniques pour le secteur des affaires religieuses. Les classes enfantines, appartenant à l’Education Nationale et se trouvant généralement au sein des établissements d’enseignement primaire sont destinées à accueillir en priorité les enfants d’enseignants et de fonctionnaires du Ministère de l’Education Nationale, âgés de 4 à 6 ans. Leurs objectifs visent essentiellement la préparation à l’école et l’éveil aux différents domaines de connaissance. Un accent particulier est mis d’une part sur la pratique langagière et l’épanouissement des personnalités naissantes par l’éveil esthétique, la conscience du corps, l’acquisition d’habiletés et l’apprentissage de la vie en commun et d’autre part sur le développement de la sensibilité, de l’imagination et de la capacité de création. Il s’agit d’apprendre aux enfants à parler, à construire leur langage et à s’initier au monde de l’écrit.

Les jardins d’enfants de la commune appelés souvent garderies sont des établissements comportant plusieurs classes relevant des prérogatives du Ministère de l’Intérieur et des collectivités locales et gérés par les communes. Leurs objectifs visent essentiellement le développement des capacités psycho-motrices et intellectuelles à travers le jeu et les travaux manuels.

Les kuttabs constituent le type de préscolaire le plus ancien et le plus répandu. Leurs objectifs clairs et restreints sont d’ordre essentiellement cognitif. Il s’agit en fait d’enseigner le coran, et d’apporter des éléments de lecture et d’écriture qui sont facultatifs pour les tout petits. L’enseignement du coran est ponctué par des exercices de récitation collective de versets et de prières. Dans certains kuttabs, les enfants ne disposent que de la louha traditionnelle sur laquelle le maître écrit d’abord au crayon et ensuite les enfants repassent l’écrit à l’encre fabriquée à cet effet. Dans d’autres structures, le maître dispose d’un tableau sur lequel est écrite la sourate à lire, faire lire et répéter. La sourate est répétée tous les jours, et ce, jusqu’à ce que tous les enfants puissent l’apprendre par cœur. Les récitations alternent avec les exercices de lecture et d’écriture sur la louha.

Les classes coraniques, issues des kuttabs, dans une version relativement moderne, intègrent des activités linguistiques et scientifiques. Elles s’apparentent quelque peu aux classes enfantines par leur organisation spatiale et matérielle ainsi que par certains de leurs contenus d’enseignement. Leurs objectifs visent l’appropriation des valeurs religieuses et morales, l’apprentissage de la langue ara b e, de la lecture, de l’écriture et du calcul. L’objet majeur ici réside dans l’apprentissage de l’arabe, sous ses formes orale et en particulier écrite. L’éveil n’est pas au centre des objectifs formulés.

Les préscolaires d’entreprises sont des institutions publiques de prise en charge de la petite enfance, constituant un acquis social des travailleurs, dans le sens où ils sont conçus pour leur apporter une aide dans les limites des moyens financiers disponibles. Leurs objectifs visent en général l’épanouissement des enfants ; autrement dit le développement de toutes leurs possibilités. Constituant des espaces d’éveil complémentaires du milieu familial, ils visent ainsi la formation de la personnalité de l’enfant et sa préparation aux apprentissages ultérieurs.

Les préscolaires communaux, relevant du Ministère de l’Intérieur et des collectivités locales, constituent les jardins d’enfants gérés par les communes. Les objectifs visent le développement des capacités psycho-motrices et intellectuelles à travers sont les jeux et les activités manuelles.

Les préscolaires privés, structures créées à l’initiative individuelle, visent dans leur majorité le développement des compétences d’ordre psychomoteur, affectif, social, langagier, cognitif et méthodologique.

Quel que soit le type d’établissement, le préscolaire fonctionne comme un espace de socialisation et d’apprentissage, dont l’objectif majeur est de préparer l’enfant à la scolarité. Il s’agit en général d’offrir à l’enfant les moyens de développer ses capacités.

Si dans les kuttabs et les classes coraniques ces capacités relèvent essentiellement du domaine cognitif, dans le sens où l’accent est mis sur l’apprentissage du coran, de la lecture et de l’écriture, dans les classes enfantines, les préscolaires privés et d’entreprise, les capacités à développer relèvent beaucoup plus des domaines socio-affectif et psycho-moteur.

L’objectif fondamental dans ces trois types d’établissements est de développer les potentialités de l’enfant afin de lui permettre de former sa personnalité et lui donner les meilleures chances de réussir à l’école; autrement dit lui apporter les premiers éléments de connaissances : expression orale, écriture, lecture et calcul et lui permettre de développer ses aptitudes manuelles, physiques et artistiques. Permettre à chaque enfant une première expérience scolaire réussie est un objectif formulé dans ces structures.

3- Programmes appliqués

La diversité des structures d’accueil s’accompagne d’une grande diversité des programmes appliqués. Bien que l’Education Nationale soit théoriquement le tuteur pédagogique de toutes les structures, en réalité et pour des raisons objectives, elle n’a jamais réussi à imposer son programme. Cet état de fait est à la base d’une grande disparité dans le choix des activités proposées aux enfants, qui obéissent plus souvent aux initiatives personnelles qu’à un programme mûrement réfléchi, mais pour toutes les structures l’objectif essentiel réside dans la préparation à l’école.

En matière de programmes officiels communs , nous retenons trois moments importants: 1990 avec la parution du document-programme, 1996 avec l’édition et la diffusion du guide méthodologique et 2005 avec la publication du nouveau programme et de son guide d’accompagnement.

Le document-programme (1990) publié par le Ministère de l’Education et de l’Enseignement Fondamental, Sous-Direction de l’Enseignement Spécialisé sous le libellé « Objectifs et Méthodes de l’enseignement préparatoire » fixe au préscolaire cinq objectifs : l’épanouissement de l’enfant au plan physique, l’éducation des sens, l’ éveil de la curiosité intellectuelle, la formation d’ habitudes et la préparation à l’école fondamentale. Les activités proposées s’articulent autour de six axes :

– des exercices physiques : éducation physique, exercices respiratoires, formation de bonnes habitudes sanitaires, exercices rythmiques, jeux dirigés ou libres
– des exercices sensoriels : jeux sensoriels à l’aide d’un matériel adéquat tendant à développer a u maximum les capacités sensorielles pe rceptives et motrices de l’enfant en liaison avec des activités d’expression rythmique et plastique, chants, jeux, rondes, audition de musique, modelage, dessin, peinture, marionnettes
– des exercices de langage visant le développement du langage et de la capacité d’expression et de compréhension : exercices systématiques, chants, récitations,contes, devinettes, jeux dramatiques.
– des exercices d’observation visant le développement de l’esprit scientifique, touchant à l’environnement de l’enfant, au cycle des saisons, à la découverte des premières lois physiques, à l’apprentissage du langage mathématique
– des exercices de vie pratique ayant pour buts : la formation d’habitudes d’hygiène, d’ordre, de politesse, de sécurité, d’attitudes morales et communautaires et découverte de certaines valeurs prônées par le système éducatif comme le bien, l’équité entre les peuples, la justice, la droiture, la paix et la liberté.
– Des exercices d’initiation aux premiers éléments de lecture, d’écriture et de calcul en liaison avec les autres activités

Le guide méthodologique(1996) vise l’installation d’un ensemble de Compétences transversales et disciplinaires. Il propose, à titre indicatif, un contenu sous forme de projets éducatifs, simples à réaliser en groupes. Ce qu’il souligne d’important c’est l’installation d’un socle commun de compétences et, pour y arriver chaque éducateur est autonome dans sa démarche; l’essentiel étant de parvenir à réaliser les objectifs visés es dans le cadre de projets éducatifs. Ce guide méthodologique se veut, avant tout, un outil d’homogénéisation de la prise en charge éducative, dont l’objectif est d’assurer un socle commun de compétences à tous les enfants préscolarisés, et ce quel que soit l’espace institutionnel fréquenté. Ce socle est à garantir pour tous comme un ensemble de savoirs et de savoir-faire minima. En dehors de ce socle, peuvent être introduites toutes les spécificités éducatives liées au type d’espace fréquenté.

Le nouveau programme ou curriculum (2005) est présenté comme un projet éducatif définissant les objectifs de l’acte éducatif, les compétences à développer, le profil de sortie du préscolaire, les activités d’apprentissage, les activités d’évaluation et les moyens matériels nécessaires. Il précise les différentes missions du préscolaire précisant qu’il s’agit désormais d’aider l’enfant à grandir, à conquérir son autonomie et à acquérir des attitudes et des compétences qui lui permettront de construire les apprentissages fondamentaux. L’éducation préscolaire qui y est préconisée est dite offrir à l’enfant l’occasion de construire les actions motrices essentielles, d’intégrer des règles sanitaires, d’établir des relations basées sur le respect, la solidarité et l’entraide et de découvrir l’environnement et de réaliser des petits projets. Les activités proposées sont d’ordre linguistique, scientifiques, technoscientifique, sociales et psycho-motrices.

En matière de programmes spécifiques aux types d’établissements, une grande diversité est observée. Dans le Programme des écoles coraniques, certaines activités intègrent (par confusion ou souci d’économie) plusieurs disciplines sous un même volet. La progression du langage réserve très peu de place à l’étude des structures langagières et affecte une large place à l’étude mécanique des lettres de l’alphabet (lecture et écriture) supportées par de petits textes choisis surtout pour le 2 ème niveau. La progression de calcul, pour cette même école, est consacrée à l’étude mécanique des nombres. Les résultats d’observations de classes coraniques révèlent dans l’ensemble, une conception des activités inspirées de l’enseignement primaire avec un accent mis sur les séances de coordination avec les parents d’enfants

Pour ce qui est du préscolaire communal, le document «Guide sur les structures préscolaires communales », a permis de préciser les normes d’organisation matérielle, administrative et pédagogique de ces espaces ; l’objectif principal étant d’arriver à uniformiser et harmoniser leur fonctionnement et d’améliorer la prise en charge des enfants, jugée non conforme aux principes de base à respecter. Le Programme n’y est pas donné cependant la responsabilité de sa conception incombe à la directrice qui, en plus de sa responsabilité de la gestion administrative, est chargée de l’animation de l’établissement ainsi que de la coordination des groupes et surtout de « préparer, analyser et arrêter les programmes spécifiques » des différents groupes selon les âges. Néanmoins, si le Programme est absent du guide, les principes à respecter dans la prise en charge de l’enfant, sont, par contre, énoncés clairement.

Chaque jardin, conçoit, élabore et exécute son Programme qui reste fortement lié aux principes de base à respecter dans la définition de ses objectifs. Des initiatives sont, néanmoins, prises dans certaines communes pour arrêter un programme uniforme, au niveau de leurs structures locales. Le Programme est exprimé dans l’ensemble à travers des thématiques appropriées ou «centres d’intérêt».

Toutes les activités exécutées font référence au Centre d’intérêt arrêté pour la période, ce qui permet de garder une certaine unité à l’intervention pédagogique et favorise la transdisciplinarité souhaitée. Le Programme, est traduit en activités réparties et exécutées dans la journée à travers des séances d’observation, d’exercices sensoriels et de maturation psychologique, de graphisme, de « gymnastique », d’activités artistiques (dessin travaux manuels, musique chant. Les séances de langage, de lecture, d’écriture et de calcul existent également ; cependant, elles sont réservées aux enfants de la grande section (5-6 ans).

Le programme de la CNAS, diffusé en vue d’harmoniser les programmes pédagogiques des combinés Crèches et Jardins d’enfants de la CNAS, la Direction de l’Action Sanitaire et Sociale formule des objectifs d’éducation et d’expression artistiques, d’acquisitions scolaires, de psycho-motricité, de communication/langage et d’éducation artistique sensorielle.

Le programme des classes ou écoles coraniques vise en priorité l’apprentissage de la langue arabe et l’appropriation des valeurs religieuses et morales. En contexte d’apprentissage de l’arabe, les enfants sont mis en situation d’identification des lettres puis d’écriture sur l’ardoise et parfois sur le cahier, de lettres et de mots identifiés sur les sourates écrites au tableau. L’enfant est amené progressivement à distinguer les structures graphiques (lettres, mots, phrases), établir une relation entre ces structures graphiques successives organisées dans l’espace avec les structures phonétiques correspondantes organisées dans le temps, construire des significations à partir de ce matériel graphique qui véhicule un contenu sémantique. Si le calcul fait l’objet de quelques séances d’apprentissage, il n’en est pas de même pour les activités d’éveil qui sont complètement occultées.

L’hypothèse formulée par Plaisance semble valide pour le cas de l’Algérie. C’est le modèle pédagogique de type scolaire qui est de plus en plus dominant. La tendance générale est celle d’un enseignement préparatoire comme niveau d’enseignement dispensé dans des structures spécifiques et visant des objectifs pédagogiques précis. Cet enseignement préparatoire est présenté comme un enseignement destiné aux enfants qui n’ont pas atteint l’âge scolaire obligatoire.

La pression sociale pour des apprentissages toujours plus précoces et la conception, encore prégnante, que les savoirs ne passent que par des exercices systématiques de type scolaire, mettent le préscolaire en danger constant de ressembler à une école primaire, ou du moins à une première année du cycle de base. Quel que soit le type de structure, le préscolaire fonctionne comme un espace d’apprentissage d’abord et de socialisation , dont l’objectif majeur est, selon de préparer l’enfant à la scolarité.

4- L’encadrement du préscolaire

Les éducateurs constituent l’encadrement pédagogique des structures préscolaires. Leurs profils diffèrent selon les types d’établissements dans lesquels ils exercent leurs rôles et fonctions. Notre enquête a montré que plus de 50% des éducateurs sur le terrain ont reçu une formation générale pour enseigner au primaire mais le problème posé est celui de la formation spécifique pour la prise en charge éducative de la petite enfance et c’est dans les préscolaires d’entreprises que le maximum d’éducateurs ont reçu ce type de formation spécifique. Ce qui apparaît comme paradoxal c’est que dans les classes enfantines (relevant de l’Education Nationale, le taux d’éducateurs formés est le plus bas. En effet, lorsqu’on s’intéresse de près au plan de formation du Ministère de l’Education Nationale on s’aperçoit qu’aucun programme spécifique destiné aux éducateurs du préscolaire n’existe. Les éducateurs «formés » se trouvant sur le terrain sont des Maîtres de l’Ecole Fondamentale (formés pour cette fonction) mais sans spécialisation dans le domaine de la petite enfance.

Parmi les éducateurs ayant reçu une formation, 18,81% d’entre eux ont reçu une formation sur le tas, 14,40% ont bénéficié d’une formation à l’ITE, 19,49 % ont été formés par les Affaires Religieuses et 29,66% ont reçu une formation de type autre :

– « universitaire » : licence d’enseignement, licence de psychologie, licence de sciences de l’éducation
– « professionnelle » : diplôme de la jeunesse et des sports, diplôme d’école de formation privée, diplôme d’associations.

L’encadrement pédagogique est assuré par un personnel manquant en général de formation spécifique à la petite enfance. Leur comportement pédagogique oscille entre deux attitudes : l’une bâtie sur une démarche de type gardiennage et l’autre basée sur une démarche de type scolaire. La question qui se pose est de savoir comment réaliser des objectifs en termes de compétences et appliquer le nouveau curriculum diffusé par le Ministère de l’Education Nationale sans une formation généralisée des éducateurs ? Comment uniformiser une formation pour des éducateurs venant d’horizons aussi divers, de formations initiales hétéroclites ; de niveau d’instruction allant du primaire au supérieur (ou universitaire) ?
Perspectives

Le préscolaire est appelé à connaître de grands changements portant sur son articulation avec l’enseignement primaire dont il constituera progressivement le premier cycle de l’école de base et sa constitution en étape importante pour la mise en place d’un socle de compétences à réinvestir en première année primaire.

Actuellement, la majorité de l’enseignement préscolaire est organisée par le secteur privé et par l’enseignement religieux. La réforme en cours se fixant sa généralisation projette l’ouverture de 1000 classes enfantines par an de 2006 à 2008. L’extension de l’offre de services multiformes d’éducation préscolaire, l’élaboration d’un curriculum unifié, la préparation d’un plan de formation continue pour les éducateurs sont autant d’éléments qui militent en faveur de la promotion du préscolaire.

Bien que plusieurs préscolaires aient depuis longtemps adopté des objectifs et des pratiques conformes à leur mission éducative et qu’un programme favorisant le développement des enfants est généralement disponible, les critiques portant sur l’inégale qualité des services de ce réseau sont encore fort nombreuses. Sur ce plan, la création des nouvelles classes enfantines programmées et surtout l’extension du réseau de préscolaires privés sont en train de combler les lacunes remarquées.

L’adoption d’un programme éducatif d’application obligatoire pour l’ensemble des structures de préscolarisation, représente un acquis certain sur le chapitre de la qualité, d’autant qu’il pourrait traduire une préoccupation avouée pour la continuité éducative avec le programme de l’école de base.

Aïcha Benamar


pdf formation Le préscolaire à lheure de la réforme


===============================================================
Cliquez ici >> pour accéder aux offres de formation de l’École MEDAV

Formation Commerce International
Lire la suite...
,

Formation Communication des Entreprises
Lire la suite...
,

Formation Éducatrice de la Première Enfance
Lire la suite...
,

Formation Gestion des Ressources Humaines
Lire la suite...
,

Formation Psychologie Appliquée
Lire la suite...
,

Formation Rédaction et Conception Publicitaire
Lire la suite...
,

Formation Déclarant en Douanes - Transit
Lire la suite ...
,

Formation Droit des Affaires
Lire la suite ...
,

Formation Gestion des Stocks Lire la suite ...,
Formation Webmaster
Lire la suite ...,

Formation Maintenance informatique
Lire la suite ...,

=========================================================
     Share
coordonnees